Déroulement d'une assemblée d'affaires


L’appelation

Nous nous rappelons souvent que le nom au complet de l’assemblée d’affaires est « un culte qui sert d’assemblée d’affaires ». Cette assemblée doit être avant tout une forme de culte

L’objectif de l’assemblée d’affaires

L’objectif de l’assemblée d’affaires est de se faire une idée sur la façon dont la communauté est guidée par l’Esprit dans ses actions.

  • Par exemple, cela ne veut pas dire que parce que l’Esprit a en tête la couleur orange et que nous choisissons le jaune pour la couleur d’un tapis que nous sommes de mauvais quakers.
  • Arthur Larabee, longtemps modérateur au Philadelphia Yearly Meeting, parle de l’assemblée d’affaires comme ayant pour but de « trouver une issue aimante. »
    • Il existe plusieurs façons de trouver une issue aimante.
    • Aucune d’entre elles n’est connue avant le début de l’assemblée.
      • Le but de l’assemblée pour les affaires est d’en découvrir une.
    • Une issue aimante n’est pas nécessairement une action: ça peut-être tout simplement de continuer à se recueillir ensemble.

Rôles

La modératrice ou le modérateur

La modératrice ou le modérateur (clerc) donne le ton, explique le sujet, ou demande à quelqu’un d’autre de le faire, et d’un sujet d’information, il amène ce sujet au stade de la clarification, de l’action, pour ensuite confier cette action aux personnes ou au comités désignés. Cette personne essaie de trouver le sens de l’assemblée et éventuellement trouver l’unité. Elle met à l’épreuve sa compréhension du sens de l’assemblée en la lui proposant et en lui demandant si cette compréhension est juste.

Plus les participants pensent et agissent comme une modératrice, mieux déroule l’assemblée d’affaires

Assistant.e à la modératrice ou au modérateur

L’assistante à la modératrice ou au modérateur anime l’assemblée d’affaires en cas d’absence et aide avec d’autres tâches telles que la correspondance et les annonces.

Secrétaire de séance

La ou le secrétaire de séance essaie d’articuler et écrire les décisions et le sens de l’assemblée

Le sens de l’assemblée

Le sens de l’assemblée: est l’accord au sujet de l’articulation de la discussion et de la décision. Le sens de l’assemblée peut être qu’il n’y a pas d’unité. Ça peut être une décision ou une opinion. Le sens de l’assemblée est une articulation du positionnement du groupe en général à propos de leurs sentiments et opinions.

Unité vs. consensus

Consensus

Peut-être que certains d’entre vous ont déjà participé à des groupes dont les discussions avaient pour but l’atteinte d’un consensus. Fondamentalement cela veut dire qu’un vote exprime l’accord du groupe envers une action à prendre

Unité

L’unité est l’unité spirituelle du groupe, le sentiment que l’Esprit guide le groupe dans une direction particulière

  • L’Esprit peut cependant nous mouvoir individuellement dans une direction bien différente de celle du groupe.
    • L’unité est corporative et non pas personnelle.

L’unité est généralement reconnue par l’unanimité. La plupart du temps nous reconnaissons l’unité par l’expression unanime d’un accord à l’effet que le sentiment de l’assemblée est dirigée par l’Esprit dans une certaine direction.

Unité en contexte de conflit

« Faire obstacle »

Si les participants croient que l’objection présentée détient un poids spirituel et pensent que le processus décisionnel doit être retardé, alors il n’y a pas d’unité. En présentant son objection, la personne « fait obstacle » mais ce n’est pas elle mais bien le groupe qui permet l’expression de cet obstacle.

Selon la taille du groupe une petite minorité ne peut pas retarder le processus décisionnel sans que les autres reconnaissent que leurs objections détiennent un certain poids spirituel.

  • Par exemple si une personne à l’intérieur d’un groupe de trente ne peut pas se rallier et que toutes les autres avenues ont été essayées, en dernier essor, le modérateur peut demander si le groupe considère que la valeur spirituelle des objections mérite que le processus décisionnel soit retardé.
    • Si personne ne voit de raison de retarder le processus décisionnel alors l’assemblée a atteint l’unité. Dans le même ordre d’idée, l’assemblée d’affaires suppose des attentes au sujet du comportement des participants.
  • Le plus important, il faut faire preuve d’ouverture d’esprit.

Si l’assemblée à l’impression qu’un membre ne démontre pas d’ouverture d’esprit (ex : «cette idée est ridicule et je ne désire pas en discuter») ou se présente avec des idées préconçues ou égoistes, alors ses objections ne seront pas prises en compte.

  • Si personne ne considère nécessaire de retarder le processus de décision en raison de l’objection exprimée, et en dernier ressort, alors le processus peut suivre son cours.

L’unité n’est pas un consensus même si elle peut être trouvée par l’unanimité. Dans de rares occasion l’assemblée peut décider qu’elle a atteint l’unité malgré les objections d’une petite minorité.

Cependant cette situation devrait être très rare (il nous est jamais arrivé encore)

Se tenir à l’écart

Se tenir à l’écart signifie qu’un participant reconnaît que l’Esprit guide le groupe dans une direction différente qui semble être la bonne. Ce faisant, il ne ressent pas le besoin de s’objecter et choisit de se tenir à l’écart. Le procès-verbal peut, ou pas, en témoigner.

  • Par exemple, la plupart croient que l’Esprit guide le groupe à aider une famille réfugiée, mais un membre croit que le groupe devrait aider un foyer pour sans-abri.
    • Se tenir à l’écart signifie que le membre reconnaît le témoin du groupe.
    • Le membre n’a pas changé d’idée mais ne s’objecte plus; il accepte d’avancer.

Ressources (en anglais):