Assemblée Quaker de Montréal top right bird logo
 
Quakers de Montréal
 

Lettre adressée au premier ministre au sujet des pensionnats


Nous vous écrivons en tant qu’Assemblée mensuelle de Montréal de la Société religieuse des Amis. Nous nous réunissons sur les territoires traditionnels non cédés du peuple Kanien’kehá:ka, sur l’île Tioh’tiá:ke, qui a longtemps servi de lieu de rencontre à de nombreux peuples autochtones de l’Ile de la Tortue.

Nous souhaitons exprimer notre profonde gratitude à la Commission de vérité et réconciliation et à tous ceux et celles qui ont contribué au succès de ses travaux. Grâce à leurs efforts, nous comprenons maintenant que les pensionnats faisaient partie d’une série d’actions et de politiques génocidaires entreprises par le gouvernement fédéral contre les peuples autochtones. Les pensionnats ont systématiquement déraciné des générations d’enfants autochtones qui ont été retirés de force de leurs foyers, isolés, maltraités, endoctrinés et même soumis à des expérimentations médicales.

De nombreux enfants décédés dans les pensionnats ont été radiés sans explication ni cérémonie. Les milliers d’enfants disparus et les centaines de tombes anonymes exhumées depuis mai 2021 témoignent des atrocités commises. Nous pleurons ces enfants bien-aimés qui ont été sacrifiés par notre système génocidaire. Nous pleurons leurs familles, leurs amis et leurs communautés. Nous pleurons les actes inhumains qui ont été posés par notre société et par notre gouvernement.

La première étape du processus de vérité et de réconciliation consiste à découvrir et à mettre en lumière la vérité. Le gouvernement fédéral et notre société dans son ensemble doivent assumer la responsabilité de leurs actions passées. Les communautés autochtones doivent être informées de la localisation et de l’identification de toutes les tombes non marquées dans les pensionnats à travers le Canada. Nous demandons également au gouvernement fédéral de s’engager à collaborer de façon respectueuse avec les communautés autochtones concernant toute action de suivi, y compris, mais sans s’y limiter, les enquêtes criminelles et l’indemnisation des survivants et de leurs familles, ainsi que les familles des enfants qui ne sont jamais rentrés chez eux.

Le résumé du rapport exécutif de la Commission de vérité et réconciliation du Canada explique comment le gouvernement fédéral a omis à plusieurs reprises de prendre des mesures pour rectifier les actes répréhensibles du passé. Nous demandons au gouvernement fédéral d’agir de bonne foi et de mettre pleinement en œuvre les quatre-vingt-quatorze appels à l’action du rapport final de la Commission de vérité et réconciliation. Nous sommes consternés par la lenteur des progrès à la réalisation de ces objectifs. Les appels à l’action sont précis, de grande envergure et essentiels à la guérison et à la revitalisation des communautés autochtones. Les actions les plus pressantes incluent :

  • Annuler les lois qui ont permis la création et le maintien des pensionnats,
  • Annuler les lois qui continuent de permettre d’autres actes de génocide,
  • Soutenir la revitalisation des langues et des cultures autochtones,
  • S’attaquer au problème de la surreprésentation des autochtones en prison,
  • S’assurer que tous les peuples autochtones ont accès à de l’eau potable et à des soins de santé,
  • Fournir du financement et des ressources aux nations autochtones afin qu’elles puissent créer leurs propres infrastructures, telles que l’éducation et les soins de santé,
  • Éduquer le public à l’histoire génocidaire des pensionnats.

Conformément aux appels à l’action 62 à 70, nous demandons au gouvernement fédéral de veiller à ce que tout le Canada reconnaisse l’héritage des pensionnats par le biais non seulement de l’enseignement primaire, secondaire et postsecondaire, mais aussi par l’intermédiaire d’autres voies d’éducation populaire tels que les musées et les programmes destinés aux jeunes. Nous avons encore beaucoup à apprendre en tant que canadiennes et canadiens afin d’en arriver à établir des relations de respect et d’intégrité avec les peuples autochtones avec lesquels nous partageons notre territoire.

Ces appels à l’action représentent un don généreux : une voie vers la lutte contre les dommages que le Canada a perpétués envers ces peuples ainsi que vers l’établissement de relations respectueuses avec eux. La Commission de vérité et réconciliation a tracé une voie claire pour changer notre relation avec les peuples autochtones et nous devons agir en conséquence.

Signé au nom des quakers de Montréal

Envoyé à:

Justin Trudeau, premier ministre Cabinet du premier ministre
80 rue Wellington
Ottawa, ON
K1A 0A2