Assemblée Quaker de Montréal top right bird logo
 
Quakers de Montréal
 

NOVEMBRE 2021

NUMÉRO 2

Montreal Quaker Meeting Logo

Assemblée Quaker de Montreal

Infolettre

Tree with the evening sky behind it
 

Dans cette édition d'automne de l’infolettre de l’assemblée de Montréal, nous réduisons notre rythme, nous nous recentrons et nous renouvelons la relation que nous avons les uns avec les autres. L'automne est une période de transition, c’est la jonction entre l'obscurité et la lumière, un mouvement de l'extérieur vers l'intérieur, et même (comme au Jour des Morts) un amincissement de la séparation entre le monde spirituel et le monde physique.


Nous vous souhaitons une bonne lecture, même si l'ambiance est à la couleur du ciel gris de novembre. En tant que quakers, nous regardons vers la lumière, à tout moment et à travers toutes nos humeurs.

 
 

 

Un mot concernant le comité des ministères et conseils

Par Michael Pedruski

 

Alors que j’étais jeune adulte, j'ai commencé à assister aux assemblées de culte pour les affaires. Je me souviens avoir entendu de nombreuses discussions concernant un comité appelé M&C. Bien que l'acronyme ait été souvent utilisé, je pense qu'il m'a fallu plusieurs années avant de l’associer au nom complet du comité : Ministry and Counsel (comité des ministères et conseils1) en effet, j'admets avoir cru à tort que l'acronyme était MNC pendant au moins quelques années avant de réaliser que j’aurais dû entendre « et » au lieu de « N ». Les amis qui ont lu le procès-verbal de l’assemblée d’affaires de septembre savent qu'il y a eu récemment des changements dans la composition du comité des ministères et conseils. Dans le contexte de ces changements, on m'a demandé en tant que nouvel animateur de ce comité, d'écrire quelques mots pour décrire ce qu’il est, détailler nos plans à venir et présenter les membres tels qu'approuvés lors de l’assemblée d’affaires de septembre. Je suis reconnaissant à l'équipe du bulletin pour leur invitation car elle offre une merveilleuse opportunité aux amis de mieux connaître ce comité essentiel!

 

En bref, le comité des ministères et conseils est le comité chargé du soin spirituel de l’assemblée. Cette mission, relativement simple, comprend un certain nombre de responsabilités, notamment celle de veiller à ce que nos assemblées de culte soient émouvantes, harmonieuses et profondes et que de l’assistance pastorale soit offerte aux amis dans le besoin. Par exemple, en mars dernier, le comité des ministères et conseils a lancé et administré une campagne de dons pour un fonds de secours Covid afin de soutenir les personnes touchées par la pandémie. Avant la pandémie, le comité a organisé un atelier sur l’identité de genre afin de favoriser une assemblée dans laquelle tous les amis puissent se sentir bienvenus tels qu’ils sont. Plus récemment, au début de la pandémie, le comité a activement soutenu notre assemblée lors de sa transition vers le culte en ligne, en créant une série d'activités à proposer pendant les périodes qui suivent le culte afin de nous aider à nous maintenir en relation les uns avec les autres et avec les valeurs quakers, malgré que nous soyons dispersés. Le comité a aussi soutenu l’assemblée alors qu'elle passait au format hybride actuel, particulièrement en discernant comment il était possible de revenir en toute sécurité au culte en présence. Vraiment, le comité des ministères et conseils est un comité qui est au cœur de l’Assemblée mensuelle de Montréal.

 

L'automne apporte des changements à Montréal et il a également apporté des changements au comité des ministères et conseils. Lors de l’assemblée d’affaires tenue en septembre, Janette Fraser, Wendy Sturton et l'animatrice sortante Chris Mussells ont annoncé leur départ du comité après de nombreuses années de service extrêmement appréciées. Lors de cette assemblée, de nouvelles adhésions au comité ont été approuvées, dont deux nouveaux membres et deux anciens membres. Les membres de retour sont Brooke Nancekivell et Kristin Karasek tandis que les nouveaux membres sont Leigh Smit et moi-même en tant que nouvel animateur.

 

Malgré les changements de membres, les objectifs de ce comité resteront à court terme inchangés. Entre autres, soutenir l’assemblée dans son discernement à répondre aux besoins spirituels des amis qui se joignent à nous à la fois en présence et en ligne et ce d'une manière aussi fluide et sûre que possible compte tenu de l'incertitude de la situation sanitaire actuelle. Ce n'est pas une mince tâche, bien sûr, et cela inclut aussi le soutien de l’assemblée dans son discernement continu en lien avec les protocoles Covid qui devraient être mis en place pour les assemblées en présence. Il veille aussi à ce que les amis, qu’ils soient nouveaux ou anciens, aient accès à des activités et des ressources qui les engagent profondément envers les témoignages quakers. De plus, il s’agit de rester en contact avec les amis qui ne peuvent se rendre régulièrement à nos assemblées et soutenir nos assemblées régulières pour le culte (il y en a beaucoup: assemblée du premier jour2 en personne, assemblée du premier jour en ligne, assemblée en milieu de semaine ainsi que les cultes tenus par nos groupes associés).

 

Des temps incertains nous attendent tous, mais lorsque nous sommes guidés par la Lumière de l'Esprit, nous pouvons être sûrs que nous sommes sur la bonne voie, peu importe où elle nous mène. J'espère que cette mise à jour a clarifié pour les amis le chemin que le comité des ministères et conseils se sent appelé à suivre. Elle rappelle aussi que ce comité est là pour soutenir les amis chaque fois que la voie à suivre leur semble incertaine.

__________________

1 Traduit aussi par “comité des anciens et des veilleurs” mais cette structure ne semble pas exister parmi les assemblées quakers francophones. Au Québec, où elle existe,  il semblerait approprié de proposer la traduction “comité des ministères et conseils”.

2 Traditionnellement, chez les quakers, les jours de la semaine étaient appelés premier jour pour dimanche, deuxième jour pour lundi, et ainsi de suite. De la même manière, les mois de l'année étaient appelés premier mois pour janvier, deuxième mois pour février, et ainsi de suite.


CYM réunion Zoom

 

Le 20 novembre à 13h30 HNE, les représentants de l’Assemblée annuelle du Canada se réunissent sur Zoom. Toute personne intéressée à se joindre à cette rencontre en tout ou en partie peut contacter Janette (jint999@hotmail.com) pour plus d'informations et obtenir le lien.

 

Jardins de lumière au Jardin Botanique, Montreal | Photo par Kristin Karasek


Le plus recherché

Par Mohja Kahf

 

Avertissement : Dieu s’est échappé.
Nous devons confirmer le pire de nos craintes
Dieu s'est échappé de la mosquée,
de la synagogue, de l'église
où nous l’avions enfermé pendant des années.
Dieu est libre.

Attention car désormais :
Vous pouvez trouver Dieu dans la beauté sauvage.
Vous pouvez rencontrer Dieu sans le savoir.

Prenez les mesures appropriées :
Vous devrez peut-être vous comporter
comme si chaque être humain
pouvait refléter le visage de Dieu.
----
Posté par Sarah Chandler sur CYM Facebook


Quaker 101

Par Jean-Louis Demers

 

Pendant six semaines, un petit groupe d’explorateurs du quakerisme ont suivi, en français, un cours d’introduction donné en ligne par David Summerhays. Ce projet de cours mijotait dans les cartons depuis un bon bout de temps. Le voilà enfin prêt! Neuf personnes ont participé à ce cours, neuf personnes se sont initiées aux bases du quakerisme et en ont été séduites. Le quakerisme est peu connu en pays francophone et pas plus au Québec qu’ailleurs. Et pourtant… il aurait tant à offrir aux chercheurs de sens qui sont parfois démunis devant la difficulté à trouver une communauté spirituelle. Ces six semaines ont été une occasion formidable d’approfondir notre connaissance et notre réflexion sur les quakers, leur foi, leurs valeurs, leur histoire, leur fonctionnement.

 

Cette expérience sera évidemment à refaire lorsqu’un groupe suffisant sera de nouveau constitué. Pouvoir vivre sa spiritualité dans sa langue est essentiel. Les mots, même dans une langue maternelle, sont insuffisants pour exprimer la profondeur des ressentis spirituels. Imaginez dans une langue seconde! Pour leur ouverture, nous disons merci à David et à l’Assemblée mensuelle de Montréal ainsi qu’à l’Assemblée annuelle du Canada et à leur comité d’éducation et de sensibilisation. Merci aussi à tous les participants et les participantes qui ont fait de ce cours une expérience profonde, adaptée, riche, amicale et simple. Leur contribution fut essentielle. Nous restons en lien et on a hâte à une prochaine fois.


Comment chanter un chant du Seigneur en terre étrangère ?

Par Wendy Sturton

 
View of a sunset over a river

Parc-nature de l'Île-de-la-Visitation | Photo par Sheri Ochoa

 

Après avoir écrit en allemand à une amie de Munich, j'ai écrit un message à quelqu'un d'autre en français. Linguistiquement, ça me chicotait dans la tête de façon familière. Le cours sur les bases du quakerisme suivi en français la veille, était tellement ineffable, profond et impossible à exprimer en mots - encore moins dans une deuxième langue - que j’ai lancé, tel un tourbillon, des mots indéfinissables sans avoir aucune idée de la façon dont ils toucheraient les gens.


Mon amie allemande me racontait que sa fille, pendant son séjour en Angleterre, lui écrivait à la maison dans un allemand étrangement infléchi. Ce à quoi j’ai répondu : “Tout acte de langage est créateur, mais nous perdons ce sens créatif à travers la familiarité de nos langues premières. Ta fille est bien positionnée pour reprendre possession de sa langue maternelle alors qu’elle est maintenue en équilibre précaire dans une langue seconde.".

 

Et à travers les méandres de cette transition entre les langues, j'ai rencontré la Parole.


Commémorer nos proches décédés le jour des morts

Par Sheri Ochoa

 
Ofrenda with flowers, family portraits, candles, food, and decorative perforated paper.

Ofrenda pour le Jour des morts mexicain réalisé par Juan, Sheri et sa mère.

 

L'autel est un élément traditionnel du Jour des morts mexicain. On pense que ce jour-là, les âmes des personnes décédées peuvent entrer dans notre monde et rendre visite à leurs proches. L'ofrenda a pour but de commémorer ces morts et de les recevoir avec la nourriture et les objets qu'ils ont le plus appréciés.

 

Se souvenir, c'est revivre des moments précieux. Pendant que l'on rassemble les éléments de l'autel et que l'on cuisine leurs plats préférés, on se réjouit de pouvoir se rappeler d’eux. C'est par la mémoire que nous les retrouvons.

 

Parce qu’elle est affaire de musicalité, de formes et jeux de langage, la poésie, plus qu’un autre genre littéraire, résiste parfois à la traduction. C'est la raison pour laquelle nous reproduisons ici le magnifique poème de Aly Vildósola dans sa forme d'origine, en anglais.

 

Yellow

Par Aly Vildósola

 

the leaves are surprisingly soft
like cake underfoot
and velvety palms overhead

we sit on the leaf-laden floor,
my babies and me,
yellow couch yellow walls yellow 

breeeathe. my pup sniffs in bursts, snort-snuff,
her snout her spirit 
she digs it into my cold palm 

her eyes are surprisingly bright 
for someone so sick 
they plead, don’t you dare forget me

we breathe in this leaf-laden world,
my babies and me,
our bones in a bed of goodbyes 

my child palms a leaf, shrieks with glee
lets it whirl to rest
yellow life yellow death yellow

we. 

 
 

« Es-tu dans les ténèbres ? Ne t'en préoccupe pas, car si tu le fais, cela t’y enfoncera davantage. Ne bouge pas, n'agis pas, et attends avec patience que la lumière te sorte des ténèbres et te conduise. »

James Nayler (1618-1660)


Minutes 21.11

Par Janette Fraser

 

Lors d'une assemblée spéciale pour les affaires tenue le 7 novembre 2021 sur Zoom, l’Assemblée mensuelle de Montréal a reçu, lu et adopté une lettre composée par Brooke Nancekivell, Roberta De La Torre et Leigh Smit. La lettre exposait l'esprit cette assemblé et à cet effet a été transmise aux destinataires appropriés, tel qu’indiqué dans le procès-verbal ci-dessous.


21.11.01 Lettre concernant la mise au jour de tombes anonymes dans les pensionnats au Canada.


Nos remerciements sont adressés au groupe qui a rédigé cette lettre qui est jointe (en anglais et en français) à ce procès-verbal. Nous reconnaissons le soin qui a été apporté à sa composition et nous nous engageons à la faire parvenir à :


Justin Trudeau (Premier ministre)
Ministre des Affaires autochtones
Gouverneur général
Chefs de partis des principaux partis politiques.
Animateur du CYM
François Legault (premier ministre du Québec)
KAIROS


Votre animatrice l'enverra au nom de l’Assemblée mensuelle de Montréal par courriel à toutes les personnes ci-dessus et également par Postes Canada à autant de personnes que nécessaires.


Elle sera également affichée sur notre site web et incluse dans notre infolettre.


Les amis sont invités à la partager comme bon leur semble et à nous en informer lors d’une future assemblée pour les affaires.


Assemblée mensuelle de Montréal

Société religieuse des Amis (Quakers)

1090 avenue Greene, Westmount, Quebec H3Z 1Z9

 

Monsieur Justin Trudeau, premier ministre 

Cabinet du premier ministre 

80, rue Wellington 

Ottawa, ON  

K1A 0A2 

 

 

Monsieur le premier ministre,  


Nous vous écrivons en tant qu’Assemblée mensuelle de Montréal de la Société religieuse des Amis. Nous nous réunissons sur les territoires traditionnels non cédés du peuple Kanien'kehá:ka, sur l'île Tioh'tiá:ke, qui a longtemps servi de lieu de rencontre à de nombreux peuples autochtones de l'Ile de la Tortue. 


Nous souhaitons exprimer notre profonde gratitude à la Commission de vérité et réconciliation et à tous ceux et celles qui ont contribué au succès de ses travaux. Grâce à leurs efforts, nous comprenons maintenant que les pensionnats faisaient partie d'une série d'actions et de politiques génocidaires entreprises par le gouvernement fédéral contre les peuples autochtones. Les pensionnats ont systématiquement déraciné des générations d'enfants autochtones qui ont été retirés de force de leurs foyers, isolés, maltraités, endoctrinés et même soumis à des expérimentations médicales. 


De nombreux enfants décédés dans les pensionnats ont été radiés sans explication ni cérémonie. Les milliers d'enfants disparus et les centaines de tombes anonymes exhumées depuis mai 2021 témoignent des atrocités commises. Nous pleurons ces enfants bien-aimés qui ont été sacrifiés par notre système génocidaire. Nous pleurons leurs familles, leurs amis et leurs communautés. Nous pleurons les actes inhumains qui ont été posés par notre société et par notre gouvernement. 


La première étape du processus de vérité et de réconciliation consiste à découvrir et à mettre en lumière la vérité. Le gouvernement fédéral et notre société dans son ensemble doivent assumer la responsabilité de leurs actions passées. Les communautés autochtones doivent être informées de la localisation et de l'identification de toutes les tombes non marquées dans les pensionnats à travers le Canada. Nous demandons également au gouvernement fédéral de s'engager à collaborer de façon respectueuse avec les communautés autochtones concernant toute action de suivi, y compris, mais sans s'y limiter, les enquêtes criminelles et l'indemnisation des survivants et de leurs familles, ainsi que les familles des enfants qui ne sont jamais rentrés chez eux. 


Le résumé du rapport exécutif de la Commission de vérité et réconciliation du Canada explique comment le gouvernement fédéral a omis à plusieurs reprises de prendre des mesures pour rectifier les actes répréhensibles du passé. Nous demandons au gouvernement fédéral d'agir de bonne foi et de mettre pleinement en œuvre les quatre-vingt-quatorze appels à l'action du rapport final de la Commission de vérité et réconciliation. Nous sommes consternés par la lenteur des progrès à la réalisation de ces objectifs. Les appels à l'action sont précis, de grande envergure et essentiels à la guérison et à la revitalisation des communautés autochtones. Les actions les plus pressantes incluent : 

  • Annuler les lois qui ont permis la création et le maintien des pensionnats,
  • Annuler les lois qui continuent de permettre d'autres actes de génocide,
  • Soutenir la revitalisation des langues et des cultures autochtones,
  • S’attaquer au problème de la surreprésentation des autochtones en prison,
  • S’assurer que tous les peuples autochtones ont accès à de l'eau potable et à des soins de santé,
  • Fournir du financement et des ressources aux nations autochtones afin qu’elles puissent créer leurs propres infrastructures, telles que l'éducation et les soins de santé,
  • Éduquer le public à l'histoire génocidaire des pensionnats.

Conformément aux appels à l'action 62 à 70, nous demandons au gouvernement fédéral de veiller à ce que tout le Canada reconnaisse l'héritage des pensionnats par le biais non seulement de l'enseignement primaire, secondaire et postsecondaire, mais aussi par l’intermédiaire d'autres voies d'éducation populaire tels que les musées et les programmes destinés aux jeunes. Nous avons encore beaucoup à apprendre en tant que canadiennes et canadiens afin d'en arriver à établir des relations de respect et d'intégrité avec les peuples autochtones avec lesquels nous partageons notre territoire.
Ces appels à l'action représentent un don généreux : une voie vers la lutte contre les dommages que le Canada a perpétués envers ces peuples ainsi que vers l'établissement de relations respectueuses avec eux. La Commission de vérité et réconciliation a tracé une voie claire pour changer notre relation avec les peuples autochtones et nous devons agir en conséquence
 
Signé pour et au nom des quakers de Montréal

 

Janette Fraser (animatrice de notre assemblée) 

 

 

Qui est mon frère ? Une histoire électorale.

Par Margaret Slavin

 
View from the street of Silo No. 5, an amalgam of buildings

Silo n°5 sur la rue de la Commune sur le Vieux-Port de Montréal | Photo par Geoff Garver

 

Vous avez entendu dire : « Tu aimeras ton prochain et tu haïras ton ennemi. Mais moi je vous dis : Aimez vos ennemis et priez pour ceux qui vous persécutent. »
~Idée loufoque promue vers l’an 28 par un type dont le gouvernement s'est débarrassé.

 

Je vis et je vote dans la circonscription fédérale de Peterborough–Kawartha, en Ontario. Depuis six ans, notre députée est Maryam Monsef. Cette jeune femme est arrivée à Peterborough à l'âge de 11 ans en tant que réfugiée, fuyant avec sa mère et sa sœur les combats en Afghanistan. À 31 ans, elle remporte les élections en tant que candidate libérale et est immédiatement nommée au Cabinet. Monsef nous a bien servi, même si certains d'entre nous ont certainement été mécontents des politiques et de l'inaction des libéraux.


Peterborough-Kawartha a été une « circonscription phare ». Depuis 1965, à une seule exception près, le candidat élu ici a toujours été membre du parti qui a formé le gouvernement fédéral. Nous nous attendions à ce que cette élection soit serrée, comme d'habitude, mais il était raisonnable de s'attendre à ce que le titulaire soit probablement réélu.


Les quatre principaux partis ont présenté un candidat solide. Dans les débats de tous les candidats, Maryam Monsef a fait preuve de la compétence et de la confiance consécutives à six années de travail acharné.


Puis, pendant les élections, les talibans ont pris le contrôle de l'Afghanistan et notre gouvernement a tenté de faire sortir des gens qui étaient connus pour avoir travaillé avec l'Occident pendant les longues guerres de cette région du monde. La famille de Maryam Monsef connaissait personnellement certains de ceux qui tentaient de monter dans les avions. Elle a prononcé un discours émouvant, suppliant le nouveau gouvernement afghan en tant que « frères » musulmans de faire ce qu'il faut.


Ceux d'entre nous qui ont été élevés avec des appels bibliques tels que « frères et sœurs en Christ » ont reconnu que Maryam Monsef faisait appel à « ce quelque chose de Dieu » dans les dirigeants de son ancien pays. Mais dans l'atmosphère chargée de l'élection, ses propos ont provoqué choc et consternation. Le racisme, qui a toujours existé, est alors devenu manifeste. Quelqu'un a payé pour un panneau lumineux sur une artère principale disant que 158 Canadiens ont été tués mais que « Maryam Monsef appelle les talibans ses frères ». En utilisant ce terme «frères», elle avait définitivement touché une corde sensible. C'était comme si personne n'avait jamais entendu parler de l'idée scandaleuse qui consiste à nous appeler à aimer nos ennemis, à les considérer comme des frères et sœurs et que nous sommes une seule famille humaine avec un seul Créateur. 


Alors que les candidats faisaient du porte-à-porte, les gens ont commencé à exprimer clairement qu'ils voulaient voter pour « quelqu'un qui est né ici ». Même ses partisans ont largement convenu qu'appeler ses ennemis « frères » avait été une erreur. Politiquement, c'était clair.


Mais c'était parce que, culturellement et spirituellement, Maryam Monsef n'avait pas réalisé que le canadien moyen qui est né ici suppose que voir son ennemi comme son « frère » fait de lui-même un irresponsable, un étranger et un dangereux. Quelqu'un a écrit au journal pour dire que, si utiliser « frères » pour désigner les talibans était pour Maryam Monsef une référence culturelle, eh bien, ils voulaient plutôt un député qui connaisse la culture canadienne! Quelqu'un d'autre a écrit pour dire que ses les paroles signifiaient que nos soldats morts en Afghanistan étaient morts en vain. Et moi, j'ai écrit pour dire que mon support indéfectible allait à la candidate du Parti Vert. Et j’ai écrit pour dire que ne pas reconnaître l'intégrité spirituelle présente dans les paroles de Maryam Monsef signifiait que Jésus était mort en vain.


Le soir des élections, Peterborough-Kawartha a perdu son statut de circonscription phare. Maryam Monsef a perdu les élections contre quelqu'un qui est né ici. Cela pourrait être pire : la conservatrice Michelle Ferreri semble être une personne passionnée et dotée d'une conscience sociale. Mais l'incident m'a rappelé à quel point nous, les ami.e.s, sommes insensé.e.s chaque fois que nous prenons au sérieux l'enseignement qui préconise d’aimer nos ennemis.

 


Vidéos à visionner : Femmes de courage (en anglais)

Kairos News, source transmise par David Millar

 

Finale d'un « exercice des couvertures » initié par Kairos afin de permettre l'intégration d'une meilleure compréhension de nos responsabilités liées aux traités et à la réconciliation avec les Premières Nations. A participant's account.| rabble.ca

 

Visionner des vidéos de femmes Mik'maq women in NS (27 min), de grand-mères wolastoqiyik au N.-B. Wolastoqiyik  grandmothers (20 min), des partenaires de Kairoscanada pour la paix et la sécurité au Brésil et de brefs rapports écrits d'ONG de femmes en Équateur, Guatémala et aux Philippines. Elles font toutes partie de la nouvelle plate-forme Terre Mère. Ce travail est soutenu par Kairos, la coalition œcuménique que l’Assemblée quaker du Canada a aidé à fonder il y a 20 ans.


Cet automne, Quaker Earthcare Witness a envoyé des délégués à la conférence de WECAN à New York. Les minutes 3.44 à 3.47 de la vidéo récapitulative finale incluent entre autres deux femmes autochtones du Canada, Eriel Deranger et Ta'kaiya Blaney. Ça vaut la peine de la regarder !


Un résumé de deux pages du proramme d'action climatique des femmes de WECAN montre comment les droits des Autochtones, la justice sociale et l'action climatique sont liés. Kairos l'a compris depuis le début.


Si c'est nouveau pour vous, nous vous suggérons de regarder Robin Kimmerer, mère Potawatomi, scientifique, professeure d'ethnobotanique à SUNY et auteure de « Braiding Sweetgrass: Indigenous Wisdom, Scientific Knowledge and the Teachings of Plants and Gathering Moss ». Regardez cette vidéo de 27 minutes (une parmi tant d'autres) montrant ce que nous pouvons apprendre de la sagesse autochtone. Si vous préférez le texte, consultez le résumé Wikipédia d'une page et ce téléchargement PDF gratuit de l'intégralité du livre.


Évolutions hybrides

Par Wendy Sturton

 

Depuis septembre, les membres de l'Assemblée mensuelle de Montréal se rencontrent en personne au Centre Greene ainsi que sur Zoom. Pour ceux qui sont trop éloignés pour se rendre à la rencontre en personne, ou pour ceux qui présentent des vulnérabilités particulières, les rencontres sur Zoom sont idéales. Les personnes qui se sentent aptes et en sécurité de le faire ont franchi quant à elles le seuil du centre Greene et ont profité d'une assemblée en présence pour le culte du premier jour.


Un comité d'amis aguerris sur le plan technologique a travaillé dur pour réunir les participants sur Zoom avec ceux du Centre Greene. L'expérience a fondamentalement fonctionné, bien qu'il existe encore quelques obstacles avec le son et l’image qui, nous l'espérons, seront surmontés grâce à des ajustements techniques.


Chaque mois, l’assemblée pour les affaires évalue la façon dont les choses fonctionnent en rapport avec cette situation. Nous respectons toujours la règle selon laquelle les personnes non vaccinées, y compris les jeunes enfants, ne peuvent pas participer aux rencontres en personne. Nous espérons qu’elles profiteront de l'alternative Zoom et nous attendons avec impatience le moment où les plus jeunes se verront proposer un vaccin.


Nous avons pris la décision de nous soumettre aux règles et procédures du Centre Greene, dont la flexibilité et l'attention à nos besoins ont été excellentes. Les personnes présentes à notre assemblée sont priées dès leur arrivée de présenter leur passeport vaccinal comme le font toutes les personnes qui fréquentent le Centre. Nous savons que l'administration du Centre est au fait de l’évolution des directives de la santé publique.


Les derniers mois nous ont apporté beaucoup de joies, alors que nous réalisons à quel point Zoom nous a permis de joindre des amis éloignés et comment les contacts en personne ont enrichi nos amitiés et notre culte.


Le mystère des quakers du comté de Bolton

Par Jean-Louis Demers

 
graves of Levy Cooper and Mary

Cimetière Fuller Bolton Qc | Creative Commons

 

Il existe dans l’histoire des quakers au Québec un mystère historique. Il s’agit de l’existence d’une communauté quaker à Bolton en Estrie. Nous savons, documentation à l’appui, qu’il y avait une communauté quaker bien établie à East-Farnham (autrefois Allen’s Corner) entre 1820 et 1902. Or, il est fort probable qu’une communauté quaker ait aussi existé dans le comté de Bolton.


Rappelons que le premier quaker arrivé au Bas-Canada fut Nicholas Austin (1736-1821). Il est écrit dans les archives que ce dernier s’est déplacé vers Bolton en l’an 1793. Il n’y était pas seul et son groupe était constitué, entre autres, de quelques familles quakers. Il semble évident qu’en bons quakers cette petite communauté se soit réunie régulièrement pour le culte. Étrangement, aucune trace d’une telle communauté associée au comté de Bolton n’a été trouvée. Aucun acte de mariage, de décès ni aucune sépulture associée au quakerisme et aux noms des membres de cette communauté ne semble avoir subsisté.

 

Pour ajouter un mystère au mystère, il apparait que même la communauté de East-Farnham présente des incongruités historiques dont le fait qu’aucune trace d’une soixantaine de ses membres n’ait été trouvée dans les nombreux cimetières du comté. Une hypothèse expliquant cette situation suggère que certains cimetières n’ont, pour le moment, jamais été découverts et répertoriés. Une autre hypothèse suggère quant à elle, que des dissensions au sein de cette communauté aient résulté en une répartition aléatoire des sépultures dont certaines demeurent inconnues. Il y a fort à parier que, malgré les recherches actuelles, l’histoire conservera pour toujours les réponses à ces questions. Sait-on jamais?

 
 

Codes zoom pour nos réunions

Dimanche à 11 AM:
https://montreal.quaker.ca/meet

(Code: 846 5828 0579 Mot de passe: 049293)

 

Mercredi à 6:15 PM,

Club de lecture et d’étude biblique:
https://montreal.quaker.ca/book-bible 

(Code: 854 7241 8591 Mot de passe: 369180)

 

Mercredi à 7 PM, Groupe de mi-semaine:
https://montreal.quaker.ca/midweek-meet 

(Code: 854 7241 8591 Mot de passe: 369180)

 

Liste des contributeurs

Comité de rédaction:
Jean-Louis Demers
Sherezada Ochoa
Wendy Sturton

 

Traducteurs:
Jean-Louis Demers
Wendy Sturton


Un remerciement particulier à:

Geoff Garver

Kristin Karasek
David Millar

Michael Pedruski

Margaret Slavin